lundi 6 septembre 2010

Les vertus de l’échec


Los d'un examen théorique, suivi d'une entrevue pour un nouvel emploi, cela n’est pas forcément évident pour ceux qui sont en dehors du milieu ou s’effectue le travail, c'était mon cas.


Si la nature d’un travail de préparation est vraiment importante, il est difficile de prédire ce qui va en ressortir de cette entrevue, être bien préparé ne consiste pas à repousser les frontières de connaissances déjà établies.

Elle ne se réduit pas non plus à remplir les cases blanches d’un formulaire, le type de préparation a sa place, bien sûr, mais je ne le considère pasvraiment réaliste pour nous confirmer, si l’on est apte ou non d'effectuer le travail, celui-ci se passse sur le terrain live, faut savoir se débrouiller et en assumer pleinement nos décisions.

Quelqu’un qui débute fait un grand pas en avant, le jour où il comprend que l’expérimentation, ce n’est pas un simple exercice de laboratoire qui doit réussir à chaque tentative, même si les travaux se fondent sur des théories bien connues, même s’ils sont parfaitement organisés et planifiés, les résultats sont souvent bien différents de ceux que l’on attendait.

L’entrevue, c’est un peu comme un jeu de devinettes, bien entendu parfois nos prévisions peuvent s’avérer totalement fausses, et nos expériences acquise semblent n’apporter aucun résultat significatif.

Je me dois d’accepter l’échec, et de prendre le risque d’essayer de nouvelles approches, ce n’est pas évident, mais essentiel.

Je me dois aussi de remettre en question mes principes déjà bien établis, car toutes mes tentatives visant à démontrer le contraire ont échoué, lorsque nous devenons plus réfléchis et avisés, nous découvrons que même les lois les plus reconnues ont aussi leurs limites.

Le sage tire leçon de chacun de ses échecs, c’est ainsi que la nature nous guide vers la vérité, être déçu par un échec, c’est humain, cependant, pour devenir quelqu’un d’accompli, il faut savoir apprendre de ses erreurs et savoir surmonter ses déceptions, d’ailleurs sans nos innombrables échecs, nous ne saurions apprécier nos quelques succès à leur juste valeur, l’échec restera notre plus fidèle compagnon, l’échec est un puissant moteur vers le succès.

5 commentaires:

  1. Ton dernier paragraphe en est un d'espoir et de motivation intense. On croirait entendre un motivateur professionnel dans le genre Jean-Marc Chaput (c'est-tu ça son nom??)

    RépondreSupprimer
  2. @Edgar Jean
    Sacrafice, c'est bien son nom, j'aime son positif, le négatif pour lui n'existe pas, il y a toujours soltion a chaque chose, et c'est bien VRAI :)

    Juste te dire qu'après l'appel pour m'aviser que je n'avais pas le poste, j'étais pas vraiment MOTIVER hé hé

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tellement d'accord...Je dirais même qu'il n'y a pas vraiment d'échec...

    RépondreSupprimer
  4. Voila, bien dit mec, lâche surtout pas, faut faire face au combat, celui-ci va finir par bien ce terminé, ce n'est qu'une question de temps.

    RépondreSupprimer
  5. @Patty
    Je pense idem comme toi, merci

    @Curious
    Je sais mais j'ai bien hâte de voir la lumière, me reste le feed back a passer la semaine prochaine, a suivre.

    RépondreSupprimer